Comment atteindre la lune ?

Comment atteindre la lune ?
Notez cet article

Depuis tout petit, on arrête pas de me dire que je suis dans la lune. Je ne comprenais vraiment pas ce que cela voulais dire.

J’étais un cancre à l’école et lorsque l’on me demandais quel métier je voulais faire plus tard, je répondais : comme Géo TROUVETOU (cf : le journal de mickey), je veux être INVENTEUR.

Pourquoi passer tout ce temps à l’école pour finir gribouilleur de papier derrière un bureau, alors que l’on peut inventer des choses qui nous servent.

Puis vint l’époque des MC Gyver, l’homme qui avec un bout de ficelle et un gobelet le transforme en téléphone pour faire une borne wifi et passer un tweet (coucou #Shake16 !)

En grandissant j’ai bien compris que lorsque l’on m’appelais JEAN de la Lune (c’est mon nom) c’était pour me dire que je fantasmais trop et que je n’y arriverais jamais.

J’ai bien compris que comme j’étais un cancre à l’école, il y a eu pleins de portes qui se sont fermées.

Je sais quel goût a l’échec, et a moment donné il vaut mieux se mettre sur le canapé et regarder ce que les autres font.

Par exemple si j’avais été fort en math, je serais devenu un vrai inventeur pour créer un drone pour gagner le google lunar Xprize pour de vrai. (Il aurait aussi fallut que je sois un manuel)

Je ne suis pas Elon Musk, je n’ai pas de compétences particulière pour créer un Dragon 9, ni de compétences pour fabriquer une voiture électrique, ni de compétences pour créer un hyperloop pour voyager à travers la France.

Je sais quel goût a l’échec, et a moment donné, il vaut mieux se mettre sur le canapé et regarder ce que les autres font.

Ce que j’ai appris c’est que contrairement à ce que l’on dit, l’habit fait le moine.

Si tu racontes des conneries toute la journée sur twitter, tu peux être un vrai pro, ce n’est pas à toi à qui l’on pense pour un job et tu te retrouve tôt ou tard a ce que le projet de revienne par un pote qui va prendre sa marge et qui va te refiler le projet.

C’est ma vie de Jessy.

Toujours a partir de mon canapé j’observe et j’apprends. J’ai un compte twitter qui sonne plus pro : roiduecommerce, je m’habille en costard.

Pourquoi roi ? Parcque si je dis que je le suis, les gens le croient, cela fait 4 ans que je fais ça je n’ai pas 10k followers qui me suivent mais ils sont de qualité.

4 ans que je suis en top twittos sur les livetweet d’évènement Ecommerce, e-marketing, social media.

4 ans que je fais le tri des infos, que je regarde les signaux faibles.

En réalité roi c’était pour dire que le vrai roi c’est le client, c’est pour moi une démarche philosophique.

Veille Ecommerce, marketing, social média, de la vraie lecture quali de citation qui parlent de ceux qu’ils font, par contre j’engage la conversation, je donne ma vision.

J’ai beau dire même a des potes proches que je suis le roiduecommerce, ils ne l’impriment pas, ce sont 2 personae différents.

Je peux leur dire également que je les ai vu participer aux jeux concours de rue du commerce

http://www.love-moi.fr/2015/11/influencer-les-tendances-sur-twitter.html

Mes followers sur roiduecommerce sont maintenant des grands comptes, des faiseurs du monde numérique actuel, sur Jessy c’est des seo (potes) et des gens qui ont besoin d’aide pas cher.

Pendant ce temps n’invente rien, je suis devenu un observateur. Et ce que j’observe c’est que l’évolution n’est qu’un éternel recommencement.

Il y eu une époque qui n’existe plus, comme le dit si bien manuel diaz, ou il y avait des commerce, où l’on disait bonjour devant le commerçant et qui nous connaissait depuis tout petit. Qui connaissait nos goûts et nous disait lorsque le produit que nous voulions consommer n’était plus en dispo dès qu’on approchait du magasin. « Non il n’y a plus de quebec » par contre je vous ai mis une bouteille de coca au frais parcque j’ai vu que vous jouez au foot en face.

Je n’invente rien et les autres n’inventent rien non plus, nous sommes dans un éternel cycle de création de nouveaux besoins avec des réponses auxquelles on propose de nouvelles solutions pour des besoins ancestraux : le besoin de consommer, et ce que l’on retrouve dans la pyramide de Maslow.

Les nouvelles licornes de La sharing économie, ou l’on crée des services où un airbnb est le roi de l’hôtellerie sans ne posséder aucune chambre, où un uber fait du transport de personne sans posséder la moindre voiture.

Je sais que je ne vais rien inventer et que le monde va muter, par contre je sais que l’on s’engage de plus en plus vers du mashup, du mashup, et comme j’étais un cancre, j’ai toujours trouvé des solutions qui fonctionnent pour mes clients, je sais écouter leur besoins et accepter qu’il y a des choses que je ne sais pas faire.

Alors je n’ai rien inventé, mais j’ai trouvé un moyen de faire en sorte que vous vous retrouvez sur la lune vous aussi, et aujourd’hui je me demande si je ne devrais pas faire comme tout le monde et au lieu de rester un cancre tout seul, monter une équipe, trouver des sous pour me planter ou pas et passer à autre chose.

Il y a 10 ans je faisait des chatbots, il y a 8 ans j’étais un Magento addict, il y a 4 ans je m’intéressait au SEO, il y a 2 ans à WordPress, et aujourd’hui j’ai de l’expérience et ça va être « marche ou crève »

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *